Spectacles

Été 76, Compagnie Pauline A La Plage (PALP)

L'Heureuse Nostalgie des Souvenirs - Projet Expérimental & Evolutif - Musique Expérimentale et Projection Live

40 min, Tout Public, Intérieur et Extérieur

Cette création est un voyage aux confins de la mémoire et des souvenirs.
Les films de famille projetés en Super8, le pouvoir envoûtant et évocateur des
chants et musiques électroniques embarquent le spectateur dans une machine à
voyager dans sa propre histoire. 

Il est ici question de la mémoire au sens du témoignage et de la trace. Ce langage cinématographique – le film de famille – est une catégorie à part qui vient documenter la période d’après-guerre et interroge plus largement la question de
l’enregistrement par des anonymes d’un pan de notre histoire ; par le prisme de
leur fiction personnelle.
Cette création vient également questionner le besoin de documenter, de garder
des souvenirs sur des supports physiques, la peur de l’oubli et l’arrivée auprès du
grand public des nouvelles technologies. Elle questionne aussi l’usage de l’image que nous faisons au quotidien.

Cette oeuvre cinématographique et musicale vivante, se réécrit sans cesse selon les lieux, les époques, les contraintes et les rencontres/matériaux débusqués sur les lieux. Un travail In-Situ bien souvent qui voit débarquer plusieurs jours en amont, le trio de du Collectif PALP.

Par Coline Godinot, Clémence Joly & Yves Heudès

Magic-Box

Spectacle Rétro-Futuriste (prises de vues & révélation en direct sur scène)

 

La magie du développement sous vos yeux ébahis !

De ce papier blanc muet qui somnole de n’avoir jamais vu la lumière, sortira, après une multitudes de manipulations dont les Déclenchés ont le secret des photographies prises en directes sur la scène aménagée, le temps du spectacle, en studio et en laboratoire photographique ! La caméra dissimulée dans le laboratoire révélera en noir et blanc entre deux inter-titres ce qui s’est joué quelques instants avant sur scène ; le tout projeté sur grand écran !

Un spectateur sera peut-être même convié à jouer les modèles, sous les feux des projecteurs et sous les yeux des curieux qui ont toujours rêvés de voir surgir dans un bain bercé par la lumière rouge, une photographie qui peu à peu apparaît, se dessine.

Les musiques du début du siècle dernier portent cette farce burlesque d’un autre temps, muette mais tellement parlante.

Wild-Childs

Projection Super 8 et Danse Contemporaine/Espace Publique

Des coques d’aciers, images crachotées par les projecteurs Super8 où s’animent des corps ! Mammifères gigantesques gisants impuissants sur la terre de ce cimetière de voiliers. Inanimés, inertes, coupez de leur milieu, l’océan ; comme arrachés de leurs racines aquatiques. Malgré leur masse imposante, leur apparente puissance, ils ne sont qu’immobilité ;  comme figés dans l’espace et le temps dans un décor où la mer s’est retirée ; les hommes rares. Le mouvement ne vient plus de la mer ondulante qui tantôt caressait leurs corps mais des corps dérouillés faits de chair ; d’os poreux aux émotions, aux sensations.

Quand le vivant éphémère invoque ces voiliers d’acier, symbole d’éternité. Le corps comme liquide amniotique. Le corps mouvementé qui déferle le long des étraves et les étreigne.

Les danseurs et les projectionnistes inondent l’espace publique de leur chaire et leurs machines pour se jouer des écrans pareils à des voiles et du mobilier urbain d’où germent des ombres et des ondes ondulantes. 

Les Wild-Childs comme des raz de marée.